L'OR

L'OR

symbole chimique : Au
masse volumique : ~19,3 g·cm-3 (20 °C)
dureté : 2,5
couleur : jaune métallique par réflexion 
structure cristalline : cubique à faces centrées
point de fusion : 1 064,18 °C
point d'ébullition : 2 856 °C

Le corps simple or est un métal noble, un métal précieux, matière pur dense, très ductile et molle, facile à travailler, parfois simplement à la main, appréciée pour son fort éclat "soleil", il est travaillé en particulier sous forme de diverses parures depuis la fin du néolithique et de pièces de monnaie depuis l'Antiquité, très recherché depuis les temps historiques pour sa fonction monétaire fondamentale et sa beauté envoûtante.

Le nom de l’or et le symbole Au viennent du latin aurum, de même signification, qui a donné l'adjectif aurifère qualifiant une matière ou un corps contenant de l'or. Dans les anciens textes français, on le trouve parfois sous l'acception « aur ». L'or symbolise souvent une émanation d'une matière céleste et solaire. La Nubie est le pays de l'or conquis par la violence par les anciens Égyptiens.

Du point de vue chimique, l'or est un métal de transition susceptible de former des cations mono- et trivalents en solution. Il est moins réactif que la plupart des autres métaux de transition, mais est attaqué par l'eau régale en donnant de l'acide chloraurique HAuCl4, ainsi que par les solutions alcalines de cyanure, mais pas par les acides chlorhydrique HCl, nitrique HNO3 ni sulfurique H2SO4. Comme le plomb, il se dissout dans le mercure en formant un amalgame, mais ne réagit pas avec ce métal. L'or étant insoluble dans l'acide nitrique, qui dissout pourtant l'argent et les métaux communs, cette propriété permet de le séparer et de le purifier.

L'or trouve des applications industrielles en odontologie et en électronique, en raison de sa très bonne tenue face à la corrosion et de son excellente conductivité électrique, mais sa principale utilisation demeure la thésaurisation. Les banques centrales du monde cumulaient ainsi 30 562,5 tonnes d'or en 2011, dont près de 40 % détenus dans la zone euro et 30 % par les États-Unis (la Chine ayant exprimé son intention de porter ses réserves à 5 000 t), tandis qu'environ 15 000 tonnes d'or seraient détenues au titre de l'épargne privée en Inde.

ORIGINES DE L'OR

L’or est présent un peu partout sur le globe, sur la terre, sous terre mais aussi dans et sous les océans. Il est le plus souvent éparpillé en si petite quantité qu’il est difficilement récupérable. Cette rareté en fait, en grande partie sa valeur. La plupart du temps, ce métal est disséminé dans les roches terrestres. Très fréquemment on trouve l’or en association avec un autre minéral, souvent le quartz. 
Ensuite l'érosion fait un travail naturel d'usure des roches. Hors de la "roche-mère", l'or est alors transporté dans les terres, sur les flancs des montagnes, puis dans les rivières. L'or, plus lourd que les autres matières, se déposera sur le fond, dans les alluvions.
A l’état natif, ce métal n’est jamais pur à 100% mais presque toujours associé à d’autres métaux tels que l’argent ou le cuivre, métaux qui peuvent modifier sa couleur jaune si caractéristique.
L’or alluvionnaire est en général de 90% à 99% pur.
La pyrite, bien nommée « or des fous » à cause de sa couleur jaunâtre, peut être confondue avec de l’or pour un œil non averti.

EXTRACTION DE L'OR
L'extraction de l'or est l'ensemble des activités et opérations, artisanales ou de haute technicité, ayant pour but de séparer l'or des autres minerais. Divers procédés existent, souvent combinés : broyage, minéralurgie, procédés hydrométallurgique et pyrométallurgique.

L’extraction d'or à partir d'alluvions est réalisée par des techniques liées à l'exploitation des placiers, permettant la récupération directe de petites pépites d'or, de paillettes et de poudre. Les techniques d'extraction de l'or à partir des placiers depuis le milieu jusqu’à la fin du XXe siècle furent généralement l’œuvre de mineurs artisanaux. L’exploitation hydraulique fut largement utilisée lors de la ruée vers l'or en Californie et impliquait de briser les alluvions avec des jets d'eau à haute pression. Les minerais rocheux forment la base de la majorité des opérations commerciales de récupération de l'or depuis le milieu du XXe siècle où des techniques d'exploitation à ciel ouvert et souterraines sont utilisées.

Une fois que le minerai est extrait, il peut être traité comme un minerai entier en utilisant un processus de lixiviation en tas. Ce processus est typique des dépôts d'oxyde à faible concentration. Normalement, le minerai est concassé et mis en tas avant la lixiviation. Les minerais, à forte concentrations et les minerais résistants à la lixiviation au cyanure lorsque la taille de particules est grossière, nécessitent un traitement supplémentaire afin de récupérer les particules aurifères. Les techniques de traitement peuvent inclure un broyage, une concentration, un grillage et une oxydation sous pression avant la cyanuration.

LA  PÉPITE D'OR

 

Une pépite d’or est un morceau d’or qui se trouve à l’état natif dans la nature, ou bien transformé par le courant des cours d'eau.

Les pépites d’or sont rares, l’orpaillage permet le plus souvent d’en découvrir dans les rivières aurifères, mais elles peuvent aussi être trouvées lors d’opérations d’extraction minière.

Une pépite n’est jamais totalement pure mais contient plutôt entre 20 et 22 carats d’or. Les impuretés les plus courantes sont l’argent et le cuivre. La pépite ne doit pas être confondue avec l'amas d'or, agrégat composite d'or et de minéraux comme le quartz.

LE LINGOT D'OR
Un lingot d'or est un bloc d’or raffiné composé d'or fin à au moins 995 ‰ et sur lequel doivent être gravés son poids, son titre (en millième), son numéro d'essai, la marque du fondeur et le poinçon de l'essayeur. Le lingot peut être accompagné d'un bulletin d'essai sur lequel figurent le numéro de lingot, le poids du lingot, son poids d'or fin, le titre, le nom du fondeur et la signature de l'essayeur. Le fondeur doit être reconnu sur les marchés nationaux ou internationaux.

20 FRANCS NAPOLÉON
Les pièces françaises de 20 francs or sont souvent désignées comme des "Napoléons" même si toutes ne portent pas l'effigie de Napoléon.

La première production de pièces de 20 francs or est ordonné par Napoléon Ier 1803. Les premières pièces de 20 franc or portent son effigie. Ces pièces pèsent 6,45 grammes et leur titre est de 900 pour 1000 (90% d'or pur, 10% de cuivre); tous les Napoléons ont un diamètre de 21 millimètres.

La production des Napoléons s'est faite jusqu'en 1914 et les Napoléons présentent des caractéristiques qui permettent de suivre l'évolution politique de la France jusqu'à la première guerre mondiale. Entre 1803 et 1914, plus de cinq cent millions de pièces de 20 francs or ont été fabriquées, soit près de 3000 tonnes d'or.

LOUIS D'OR

Le louis est la dénomination courante de la monnaie d'or française frappée de 1640 à 1792.
Le louis est désigné du nom de Louis XIII, roi de France et de Navarre qui fut le premier à frapper cette monnaie.

20 FRANCS UNION LATINE
L’Union monétaire latine a été constituée par Convention en décembre 1865, unissant plusieurs pays européens (France, Belgique, Suisse, Italie). L’objet de ce traité était d’instituer une organisation monétaire commune basée sur le régime de bimétallisme or-argent, visant à garantir l'intercirculation des monnaies au sein des États membres.
C'est la pièce française de 20 Francs Or Napoléon qui est choisie comme modèle pour déterminer les caractéristiques de l'ensemble des divisions monétaires. L'Union latine connait un grand succès et de nombreux pays du monde adoptent alors les standards posés par la convention de 1865.
Elle sera dissoute le 1er janvier 1927.

20 FRANCS SUISSE
Le 20 francs Suisse (Vreneli ou « tête d’Helvetia ») a été émis entre 1897 et 1949. Au total, 58,6 millions de pièces en or ont été frappées.
Cette pièce a les même caractéristiques que les Napoléons Français.

SOUVERAIN ANGLAIS

Le souverain (en anglais sovereign) est une pièce de monnaie anglaise en or qui a été frappée pour la première fois par le roi d'Angleterre Henri VII en 1489. Mais c'est seulement en 1816, après la victoire sur Napoléon, que le gouvernement britannique a émis régulièrement la pièce. Son poids définitif en or fut alors fixé : le souverain pèse depuis 7,988 g et mesure 22,05 mm de diamètre. Son titre est de 22 carats1 (soit environ 916,666 pour mille), et son poids d'or fin est de 7,317 g.

20 DOLLARS
La pièce de 20 Dollars Or a été émise de 1850 à 1933. Il en existe deux modèles : le « Liberté » et le « Saint-Gaudens ».
La crise des années trente mit un terme à sa fabrication.
175 millions de pièces de 20 Dollars Or ont été émises, pour une valeur de 3 milliards et demi de dollars.

50 PESOS
Cette pièce est qualifiée par les mexicains de "pièce du centenaire", elle est frappée pour la première fois en 1921 à l'occasion du centenaire de l'Indépendance du Mexique.

20 DEUTSCHE MARK
La pièce de 20 Deutsche Marks or est le témoignage de l’histoire agité de l’Allemagne qui débute sous le Royaume de Prusse. En 1861, suite aux guerres sous l’empire de Napoléon III, Guillaume Ier est nommé souverain de Prusse et règne alors sur la Confédération germanique.

10 FLORINS
Les 10 florins hollandais ont été frappés entre 1875 et 1933.
Types : Guillaume III, Wilhelmine (jeune fille, cheveux longs), Wilhelmine avec diadème (exemple présenté ci-dessous), Wilhelmine profil droit, Wilhelmine âgée.

KRUGERRAND
La Krugerrand est une monnaie d’or de la République d'Afrique du Sud d'une once troy ayant cours légal depuis 1967. Elle présente la particularité de ne pas avoir de valeur faciale sinon son poids d'or fin contenu. À partir de 1980 la Krugerrand d'une once a été rejointe par des pièces de 1/2 Oz, 1/4 Oz et 1/10 Oz.

MAPLE LEAF

La Maple Leaf est frappée par la Monnaie Royale du Canada depuis 1979. La Maple Leaf est la première pièce au monde avec une teneur d’or pur de 99,9% (on parle d’une teneur d’or de 99,99% qu’à partir de 1983) ; il en existe 5 différentes, d'une once à 1/20 d'once.
Elle était une concurrente redoutable de la pièce Krugerrand, qui a son tour était presque impossible à obtenir à cause des boycotts contre le régime de l’apartheid.

PANDA GOLD COIN

En 1982 la Banque Populaire de Chine introduit la célèbre pièce d'or Panda chinois, une pièce d’or pure (99,99%) de 1 once. D’autres tailles sont aussi frappées: une demie-once, un quart d’once, un dixième d’once, un vingtième d’once, et même, plus rares, des pièces de deux et douze onces.

LE BOUDDHA D'OR

Le Bouddha d'Or est la statue en or la plus importante au monde. Elle se trouve à Bangkok en Thaïlande, dans le quartier du "Wat Traïmit".

Elle est haute de 3 m et est constituée de 5,5 tonnes d'or massif. Le Bouddha d'or est de style Sukhothaï (1238-1370) symbolisée par une flamme au-dessus de la tête qui symbolise le rayonnement de l'énergie spirituelle du Bouddha.

Au début des années trente, un vieux temple abandonné, situé dans le quartier chinois de Bangkok, doit être détruit pour laisser place à des travaux d’aménagement des berges du fleuve Chao Phraya.

Le vieux temple contenait une grande statue du Bouddha en stuc

(enduit à base de chaux) dont on ne savait pas quoi en faire, car en Thaïlande, les représentations du Bouddha sont vénérés et leur destruction est mal venue.

On décida de déplacer la statue au Wat Traimit, un petit temple situé non loin, toujours dans le quartier chinois.

Le temple n'avait pas de bâtiment susceptible recevoir le Bouddha et la statue resta 20 ans à l'extérieur sous un simple toit de tôles.

Dans les années cinquante, un bâtiment ayant été construit, les moines décidèrent d'y installer la statue. La grue prévue pour déplacer le Bouddha céda sous son poids et la statue tomba dans la boue. Ce "mauvais présage" effraya les moines et les ouvriers présents sur place et après une fuite générale, la statue fut abandonnée sur le terrain. Un très gros orage se déchaîna alors toute la nuit, plongeant la ville sous des trombes d'eau.

Le lendemain, le moine supérieur revint évaluer les dégâts : il commença à laver la statue des traces de boue. Il remarqua que le stuc détrempé s'était fendu et laissait apparaître un métal doré. C'est alors qu'on découvrit le Bouddha d'Or.

L’événement fit rapidement le tour de la ville et au delà, assurant au temple une notoriété internationale.

On pense que quelques siècles avant sa découverte, alors que l’armée birmane s’apprêtait à envahir la Thaïlande, des moines couvrirent le précieux Bouddha d’Or d’une couche de stuc pour protéger ce trésor de l'invasion Birmane.

Son origine reste un mystère.